Quand le réseau social redéfinit l’Espace et le temps d’apprentissage

En deux schémas, la modélisation de deux perceptions de l’Apprentissage:

Sur le 1er schéma:

20121106-071623.jpg

L’Espace classe traditionnel délimité dans l’espace, le temps et la Société. L’enseignant (représenté par un rectangle vert) détient les savoirs et les distille, les distribue au groupe classe (représenté par des ronds rouges). Au premier rang, les élèves les plus réceptifs. Plus on s’éloigne de l’enseignant, plus la réception est faible. Il a peu d’échanges entre l’enseignant et les élèves, aucun entre les élèves. L’enseignement est frontal, unilatéral. L’enseignant monte sur l’estrade pour s’imposer physiquement et intellectuellement. C’est la classe traditionnelle héritière de Jules Ferry. Figée mais rassurante pour l’enseignant, l’élève, le parent, l’administration.

Sur le Schéma 2,

20121106-071728.jpg

L’Espace et le Temps d’apprentissage ne sont plus limités. L’enseignant n’est plus au centre, n’est plus le seul à détenir le Savoir. Il apporte des savoirs et des compétences que n’a pas encore l’élève (flèches blanches). Il échange avec les élèves qui apportent eux aussi savoirs et compétences et s’expriment. L’espace classe s’ouvre vers l’extérieur: des intervenants (losanges bleus) interagissent avec le groupe classe de façon globale ou individualisée. L’enseignant est présent, veille mais n’intervient pas forcément.
Si ce modèle est commun en maternelle et en élémentaire (mais déjà moins), il est rare ou inexistant en collège et au lycée. Il n’est pas rassurant ni pour l’enseignant, ni pour le parent ou l’administration. Il met en "danger" l’enseignant. Et c’est de cette remise en cause pedagogique que naît l’innovation.

L’élève s’exprime, rédige, publie individuellement et créé des interactions qui l’inscrit dans un réseau ouvert sur le groupe élève-enseignant et sur l’extérieur. Les savoirs ne sont pas unilatéraux : l’élève mutualise de fait les savoirs acquis puisque les échanges sont publics et diffusés en réseau.

Exemple: un élève de ma classe et un étudiant indien (de l’ @afmumbaï) qui échangent via Twitter sur les traces de la décolonisation Indienne créent un rapport gagnant-gagnant: l’élève gagne en savoirs historiques, l’étudiant gagne en pratique de la langue écrite. Mais ce sont aussi les groupes-classes qui y gagnent puisque ces échanges sont publics donc diffusés en réseau. D’échanges individualisés, naît une banque de savoirs. L’enseignant n’est plus le seul à apporter le Savoir à l’élève mais ca ne l’exclut pas sa posture de celui qui "enseigne" : il peut enrichir l’apport extérieur, le préciser.
L’ouverture de la classe permet à chacun (élève , enseignant, intervenant extérieur) de gagner.

L’introduction des réseaux sociaux et plus largement du numérique aujourd’hui dans ma pédagogie m’a permis de définir autrement ma place et mes élèves la leur. Comprendre justement qu’il n’y a pas de "place statique" en Éducation mais uniquement des postures d’apprenant.

Tagué

10 thoughts on “Quand le réseau social redéfinit l’Espace et le temps d’apprentissage

  1. zecool dit :

    J’apprécie grandement cette présentation efficacement simple du nouveau paradigme de l’enseignement, très complexe en soi. En saisissant bien cette dynamique et des conséquences de celle-ci sur les finalités de l’école, son organisation et des besoins inhérents (en leadership, aménagements, etc.) pour la réaliser, on pourra alors considérer la transformation trop longtemps due de cette institution.

    Continuez de nous inspirer, Laurençe!

  2. boucleetrange dit :

    Excellent papier. J’essaie moi-même diverses méthodes pour briser le côté vertical (enseignant-étudiant). Une suggestion, au lieu de mettre l’emphase sur la décentralisation, on doit proposer de nouvelles organisations pour sécuriser les enseignants souhaitant expérimenter. Pour ma part, j’utilise aussi twitter #legeh pour faire discuter mes étudiants et j’utilise des simulations (par exemple de cours de justice) pour inverser mes classes.

  3. [...] évoqué dans un billet précédent (ici) le décloisonnement spatial et temporel que permet l’usage des réseaux sociaux avec un [...]

  4. plerudulier dit :

    Reblogged this on Things I grab, motley collection and commented:
    Ajoutez votre grain de sel personnel… (facultatif)

  5. Geemik Deb dit :

    Très intéressant cet article. Je suis dans l’enseignement supérieur et nous expérimentons aussi de nouvelles postures d’enseignement dans l’espace, avec l’utilisation des technologies… J’ai un outil de veille Scoopit sur cette réflexion http://www.scoop.it/t/nouveaux-lieux-nouveaux-apprentissages – A savoir : les étudiants sont surpris par ces nouvelles méthodes d’apprentissage, certains restent réfractaires et d’autres s’y sentent bien. Cela dépend aussi du nombre d’étudiants, de la salle… et de la formation.

  6. […] -Les usages du numérique permettent aussi de redéfinir les postures élèves et enseignants en inscrivant la classe dans un espace structuré mais ouvert et interagissant avec la Société. En détails et en schémas ici  […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 125 autres abonnés

%d bloggers like this: