Pourquoi je n’utilise plus (beaucoup) Twitter en classe

Force est de constater qu’au bout de 4 ans, j’utilise de moins en moins Twitter en classe. Alors que s’en multiplient les usages et les expérimentations (310 classes francophones répertoriées à ce jour ), je constate que je nage à contre-courant de cette vague.

J’ai défini depuis le début de mon exploitation des réseaux en classe cinq objectifs majeurs:
1. l’éducation à l’internet et aux réseaux sociaux
2. communiquer avec la classe
3. écrire
4. ouvrir la classe
5. impliquer et valoriser

Objectif 1 : éduquer à l’internet et aux réseaux
J’ai constaté une évolution avec ma nouvelle classe de Seconde dès la rentrée (à lire ici) : cette génération de 14/16 ans est devenu adolescente avec Facebook, connait déjà Twitter. Si je les initiais à un nouveau réseau il y a 2 ou 3 ans, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Ils baignent dans cette culture du réseau social du Net, comprennent aussitôt les tenants et aboutissants, ont déjà reçu une éducation à l’Internet au collège. L’aspect innovant n’existe plus. Utiliser un réseau social est courant, commun. J’y perds donc en « attrait ».

Pour autant, connaissance ne veut pas dire réflexion et prise de conscience ! Nous continuons donc à travers nos usages cette éducation.

Objectif 2 : Communiquer avec la classe

C’était un des objectifs que j’ai cherché à largement développer la 1ère année. Ca a fini par fonctionner parce que j’activais beaucoup la communication : messages, les #soyezcurieux, des infos inédites…

Mais je me suis épuisée, ai trouvé de moins en moins d’énergie et donc d’envie à activer cette communication. Et elle s’est perdue petit à petit. Aujourd’hui, nous n’utilisons que Twitter en classe et pas hors classe.
Comme nous travaillons beaucoup avec Google Drive, c’est pour le moment par mail que nous communiquons : mais la dimension « réseau » disparaît.
C’est finalement vers Facebook que nous allons nous replier. Parce que l’évidence est là : c’est encore sur ce réseau que les adolescents sont le plus présents. Alors pourquoi essayer de créer un réseau ailleurs quand il existe déjà ? Nous allons créer à la rentrée prochaine un groupe fermé qui nous permettra de communiquer et échanger en réseau en intra-classe. Je perds la notion d’ouverture mais il y a des infos qui n’ont pas besoin d’être « grand public » comme un changement d’emploi du temps ou un devoir à rendre. Je suis leur professeur principale, nous avons beaucoup d’informations de ce type à échanger. Quel intérêt en réseau ouvert ?

Twitter et Facebook ont leurs qualités (et leurs défauts!) qui leur sont propres: nous allons donc utiliser les deux selon nos besoins.

Objectifs 3/4/5 : Ecrire et Ouvrir pour Valoriser

Twitter permet d’écrire, de publier. Même si ce sont des micro-messages, l’acte d’écrire existe. Mais écrire et publier suppose t-il qu’on soit lu pour autant ?
Quand j’ai commencé à utiliser Twitter avec mes élèves, en 2009, c’était simple: un territoire quasi vierge où nous avons évolué de manière visible: c’était facile, nous étions les seuls à utiliser Twitter en classe ! Alors ce que nous écrivions était lu, les appels à contribution étaient relayés en nombre, les interactions étaient fortes et de qualité.
Etre peu permettait de former un réseau solide et mes élèves ont pu profiter de cette opportunité.
De cet espace « cosy », nous sommes passés à une terre très grand public. Il n’est plus question de croire que ce que nous publions en classe est lu par un grand nombre.
Parce qu’il y a multiplication des classes qui tweetent et parce que les tweets sont noyés dans un flux énorme. (A voir cette carte mondiale de l’activité Twitter en temps réel http://tweetping.net/).
Si l’élève tweete et que personne ne lit ce tweet, quel est l’intêret ? Nous atteignons l’objectif 3 de l’écriture mais plus le 4 (ouvrir) et le 5 (valoriser).

Nos pratiques ont donc changé au fur et à mesure de l’évolution de Twitter

Le réseau que nous avons créé à nos débuts sur Twitter est solide et persistant : je m’appuie aujourd’hui dessus pour travailler avec mes élèves. Quand nous avons travaillons sur des projets, ce réseau permet des opportunités d’échanges, de réflexions, de connaissances qui justifient l’usage du réseau social en classe :

- Lorsque mes élèves tweetent avec les étudiants des Alliances françaises en Inde : il y a lecture et exploitation de leurs tweets, ouverture de la classe
- Lorsque mes élèves échangent avec des professionnels (sous la balise #decpro) il y a écrire, publication, lecture, communication, valorisation et apprentissage.
Les 5 objectifs fixés sont alors atteints.

Aujourd’hui j’utilise le réseau social en classe comme vecteur de projet : le réseau nous permet de communiquer, interagir avec des acteurs extérieurs à la classe. Nous sommes toujours dans un processus d’écriture et de publication mais avec l’assurance de lecture puisqu’il s’agit d’une situation de communication avec récepteur garanti lecteur.

En conclusion, si j’utilise beaucoup moins Twitter en classe aujourd’hui, ce n’est par une volonté farouche mais bien pour suivre une évolution. Le réseau social est en constante évolution: évolution du contenu, évolution des pratiques, évolution des émetteurs. Comme il y a constante évolution et changement du public élèves! A chaque nouvelle classe, j’ai souhaité changer de compte Twitter pour poser cette évolution. Avec l’usage de Twitter en classe, je n’ai pas souhaité créer de modèle, seulement utiliser un outil.

Je suis persuadée qu’une année prochaine, je n’utiliserai plus beaucoup ou du tout Twitter en classe parce que Twitter sera dépassé par un autre outil et que j’aurai trouvé mieux ;)

Tagué

9 thoughts on “Pourquoi je n’utilise plus (beaucoup) Twitter en classe

  1. zecool dit :

    Bien intéressante, cette réflexion. Toujours allumée par ce désir de pertinence pédagogique, tu continues à explorer quels outils/réseaux seraient les meilleurs vecteurs de ce que tes élèves ont à dire. À cet égard, as-tu considéré le blogue, cybercarnet? Car ce vieux lion n’est pas mort, il rugit encore… Comme le signale Fred Cazzava, « pas de contenus, pas de conversations » http://www.fredcavazza.net/2012/10/04/le-retour-de-la-revanche-du-contenu-2/ et à mon humble avis, le blogue reste une plateforme où ces conversations puissantes (ainsi que ‘écrire pour soi-même’) sont possibles.

    • Jacques: merci pour ton commentaire. Je partage ton avis: j’ai commencé à utiliser depuis l’année passée Tumblr avec mes élèves qui me satisfait pleinement car l’outil allie blog et réseau social !

  2. Je suis d’avis qu’il faut une enseignante exceptionnelle pour atteindre ce degré de réflexion et d’évolution dans la panoplie des médias sociaux. Compliments!

  3. JmarcFJ dit :

    J’étais, je suis : Dialogue avec ?

    Bonjour,

    Billet fort instructif sur les raisons du niveau d’utilisation.
    Une utilisation twittesque n’a pas été mise en lumière, à mon sens, est celle de la reflexion sur l’apprentissage.
    Avant d’apprendre, je suis
    Après avoir appris, je suis devenu un autre.
    Twitter permet également de lire, découvrir et valoriser qui j’étais et qui je suis devenu au fil de l’apprentissage.
    Bien sur tout support le permet mais je n’ai pas senti, remarqué cette dimension dans votre explication
    Bonne continuation

  4. […] Il y a beaucoup de matière à réflexion dans ce billet de Laurence Juin. […]

  5. […] travail collaboratif et mutualisant. Les raisons sont diverses, j’en explique quelques unes ici. Il s’agissait surtout de poser les bases de travail et de communication avec ce groupe […]

  6. Mylène P. dit :

    Cet article est très intéressant; je m’étonne cependant de votre retour à Facebook car les spécialistes du web disent que cette plateforme se meurt et que les jeunes ados s’en détournent, notamment pour Tumblr. C’est d’ailleurs quelque chose que je peux remarquer dans mon propre entourage.
    Tumblr et les blogs me semblent aussi être la meilleure solution, plus facile au niveau de la gestion du groupe et plus durable; de plus, les parents sont plus à l’aise avec ces plateformes et peuvent ainsi être spectateurs du parcours de leurs enfants.

  7. Bonjour. J’ai crée il y a deux ans Shamengo, un media social regroupant la communauté du meilleur de l’innovation verte et sociale dans le monde. Nous venons de lancer une plateforme collaborative à destination des écoles. J’aimerais beaucoup avoir votre avis sur les outils que nous développons pour les améliorer et offrir à vos élèves et à toute la génération Z, l’envie de participer à ce nouveau monde en marche !
    A bientôt, j’espère de vos nouvelles sur contact@shamengo.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 126 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :