Visualiser le réseau

Avec ma classe de première j’ai voulu, lors de notre premier cours, introduire l’usage de Twitter en expliquant ce qu’est un réseau et ses fonctions. Si je veux qu’ils adhèrent, il faut qu’ils comprennent la force de ce que je leur propose.

J’ai emprunté à Christophe Batier (rencontré à #Ludovia 2010) sa méthode des « pelotes de laine » exposée  ici (59/117) .

Le concept :  poser des questions au public comme « qui a un portable, qui est fumeur, qui aime le foot…etc » . A chaque fois qu’une personne est concernée, elle prend un fil de laine d’une couleur spécifique et le passe à une autre concernée. Au final d’une série de questions, le public doit constater quels sont les liens qui les relient.
J’ai posé à mes élèves une dizaine de questions : qui est demi-pensionnaire, qui prend le bus, qui a un compte facebook, un portable, qui fume, qui se connaissait avant de rentrer au lycée, qui est sportif..etc.

Comme les fils de laine étaient courts, ils ont dû se lever dans la classe et se rapprocher au fur et à mesure des besoins du maillage en construction. L’espace physique s’est réduit entre eux entraînant une proximité qui a favorisé la visualisation du maillage.

Au final, ils ont fait plusieurs constats:

– même si les entrées sont variées, les élèves sont reliés par des liens forts sans qu’ils en soient pourtant réellement conscients.

– le maillage est aussi serré que diversifié et les flux sont intenses. Il s’agit pas d’une superposition de réseaux qui tendraient au communautarisme : le fumeur peut être demi-pensionnaire prendre le bus et ne pas avoir de Facebook et non sportif.

– il n’y a dans ce maillage ni centre, pas de périphérie : l’élève est au cœur du groupe mais pas au centre. Il est inséré (en tenant plusieurs fils de laine) dans un réseau.

J’aurais pu m’insérer moi-même dans ce maillage leur expliquant le réseau : les échanges dans un réseau incluant élèves et enseignant ne sont pas polarisés autour de l’ enseignant d’où partiraient et arriveraient tous les flux.

L’élève par cet exercice a retenu que le groupe classe aussi hétérogène qu’il puisse l’être s’homogénéise pourtant par ces liens qui relient ses membres dans un temps, un espace ou une situation donnée. Ce constat fait, l’élève ne peut plus s’exclure du groupe classe et ne peut plus s’estimer « non concerné » par ce qui s’y passe. Une élève m’a dit : « le premier lien qui nous réunit c’est déjà de faire partie de la même classe ! ».

A moi désormais d’insérer dans ce réseau pré-existant sa forme numérique avec Twitter !

A noter que lorsque j’ai donné aux élèves l’adresse de la boite mail classe (spécialement créée pour les échanges avec cette classe et pour la création du compte twitter de classe), un élève m’a demandé : « vous n’avez pas un facebook plutôt? ».

Advertisements

Une réflexion sur “Visualiser le réseau

  1. […] @batier. J’ai découvert Batier et ses pelotes lors de Ludovia2010 : je l’ai repris en cours (ici ) comme @vpaillas et @pnodenot (ici ) […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :