Twitter en classe ? Finalement les élèves en font (aussi) ce qu’ils veulent.

Bien que convaincue par l’utilité de Twitter, outil complémentaire à ma pédagogie, je reste dépendante de ce que les élèves voudront bien en faire. Comme finalement n’importe quel cours, n’importe quelle préparation, n’importe quel projet. L’élève est facteur déterminant: déterminant mais pas dirigeant. IL est cet électron libre à qui l’enseignant impose des règles mais qui, parce qu’il n’est pas simple exécutant mais bien réfléchissant, en fait ce qu’il voudra en faire: détracteur, spectateur, consommateur, acteur.

Avec l’usage de Twitter en dehors du temps de classe, malgré l’expérience que je commence à acquérir, je reste confrontée à ce facteur inconnu: l’élève.
C’est toute la richesse de mon métier: ne rien pouvoir totalement programmer à l’avance, composer, gérer, parfois (souvent) improviser mais tout de même réussir à faire passer une somme de savoirs et de compétences.
@MilaSaintanne dans ce billet évoque très bien cette « probabilité élève » : http://milasaintanne.wordpress.com/2010/11/07/laisser-la-porte-ouverte-a-limprevu/

Avec trois classes tweeteuses depuis deux années scolaires, je peux comparer leurs réactions, leurs attitudes face, avec l’outil. Pour cette année, les élèves de @derniereannee2 ont totalement intégré l’outil associés à plusieurs enseignants eux aussi très actifs. L’outil est rodé, assimilé et chacun en use couramment.
Pour les élèves de @ladeuxiemeannee, le bilan est différent: La classe, bien qu’en première, est nouvelle pour moi (je ne les avais pas en seconde). Nous avons eu peu de temps pour le moment pour nous connaître, qu’ils intègrent mon mode de fonctionnement propre, que j’acquiers leurs identités, leur niveaux etc. J’ai amplifié cette phase classique et toujours ardue de la « découverte » en ajoutant un outil pédagogique supplémentaire avec Twitter.
Dès la première utilisation de l’outil, tweeter en classe n’a posé aucun problème. Hors classe, le démarrage a été fort, les élèves l’ont aussitôt intégré.
J’ai fait un bilan beaucoup plus négatif la veille des congés de Noël renforcés pendant la période de congés. Les élèves tweetent finalement peu, les interactions sont faibles, il faut les relancer par direct message pour les inciter à lire les tweets, à réagir.
Bilan négatif allié à un bilan de classe difficile: élèves noyés dans des problèmes personnels, difficultés scolaires, démotivation face à l’enseignement, en particulier professionnel, problèmes de discipline ou d’absence récurrents pour certains.
Nous avons en tant qu’équipe pédagogique et équipe encadrant déjà beaucoup de problèmes à gérer au quotidien avec ce groupe-classe, y ajouter l’élément twitter m’a paru après ces quatre premiers mois de cours ardu.

Face à ce constat, j’ai essayé de problématiser et tenté de donner quelques pistes de réflexion à ces problématiques:
– Comme c’est la première fois que j’utilise l’outil avec une classe que je n’ai pas eu une année en amont. Y a t-il besoin d’une « préparation de classe » pour un usage de cette classe? Comme poser les élèves dans une situation pédagogique adaptée: les amener à collaborer, mutualiser, interagir en classe avant de les inciter à le faire sur un support numérique et hors classe.
– Y a t-il un public dédié à ces usages? Est ce que « twitter en classe » serait réservé en priorité à des publics « faciles »? Peut-on demander à des élèves qui ont des difficultés scolaires d’allonger leur temps de travail sur un temps personnel (socialement difficile lui aussi) ?

En cette semaine de rentrée scolaire, j’ai décidé de réactiver les tweets: annonces de programme, informations nécessaires, correction , questions qui demandent des interactions etc.
Nous avons utilisé sur plusieurs séances de classe twitter comme moyen de communication quand les élèves étaient séparés sur deux salles. Je leur ai laissé du temps pour chaque jour pour faire une « revue de tweets ».
J’ai au delà de cette réactivation constaté
-que l’outil leur était totalement familier: aucun problème de connexion ou de maniabilité de l’outil
qu’ils étaient curieux de lire la revue de tweets chaque jour: ils savent l’outil vecteur d’informations
Et surtout j’ai constaté en échangeant avec eux qu’ils lisaient régulièrement les tweets. Quand je leur donne des informations orales, ils savent me répondre « oui on sait, c’était écrit sur twitter ».

S’ils ne sont pas acteurs, inter acteurs sur twitter hors temps de classe, ils sont par contre consommateurs des informations qu’ils y lisent. Et au besoin, ils interagissent. Les élèves de @ladeuxièmeannee ont donc intégré twitter dans leur cursus scolaire.

 Twitter représente ce territoire virtuel où ils peuvent lire, poser des questions, interagir. Mais ils ont décidé qu’ils pouvaient sans « devoir » obligatoirement. Twitter en dehors du temps de classe est un espace régi par des règles strictes respectées par tous mais où l’élève a décidé que ça pouvait être aussi un espace de liberté d’usage.
Le principal est donc acquis.
J’avais pré-défini un usage de twitter…ils en ont décidé autrement pour le moment !

L’enseignant apporte des règles, un cadre, des savoirs, des compétences. L’élève les intègre et interagit.

L’élève est ainsi cette probabilité qu’on ne peut jamais vraiment maîtriser.

——
Pour en savoir plus: Twitter en classe présenté en vidéo lors du colloque #Tice2010 à l’université de Nancy – Metz (décembre 2010) http://canalc2.u-strasbg.fr/video.asp?idvideo=10214

Pour en savoir plus sur les usages enseignants : @pnodenot et @vpaillas présentent en vidéo « twitter-netvibes-diigo zoom sur un trio au service du formateur 2.0 » http://canalc2.u-strasbg.fr/video.asp?idvideo=10214

 

 

2 réflexions sur “Twitter en classe ? Finalement les élèves en font (aussi) ce qu’ils veulent.

  1. […] onzième année « Twitter en classe, les élèves font un peu ce qu’il en veulent […]

  2. […] Pour que le réseau se mette de façon solide en place la première année, j’avais été très présente, à l’oral et à l’écrit: inciter les élèves à lire, écrire, interagir via ce média, les amener à suivre avec les live-tweets des conseils de classe etc. J’ai fait l’erreur de croire que ce démarrage en force allait suffire, cette année, avec cette nouvelle classe, pour créer un réseau très actif. C’est faux. Les élèves sont passés par une phase active d’acteur à une 2ème de twitter passif lecteur à une plus récente de non tweeteur. […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :