Archives Mensuelles: octobre 2011

Utiliser wordle en classe


J’utilise en classe depuis la rentrée un outil très visuel et bien plus complet qu’il n’y paraît : Wordle 

Il est facile d’usage car il suffit que l’élève copie/colle son texte dans l’encart et appuie sur « go » pour générer l’image. Un seul bémol : on ne peut pas directement enregistrer l’image dans un dossier . Mais la manipulation est facile pour enregistrer l’image: il faut faire une copie d’écran  à coller dans un logiciel de retouches (on utilise paint) pour rogner et ne garder que l’image générée. Une petit manip’ qui me permet de faire le point sur le niveau informatique de ma jeune classe de seconde. Je retourne la difficulté en diagnostic de compétence.

Exemples de scénarii pédagogiques l’intégrant:

-Avec les secondes, j’utilise l’outil en aide individualisée : l’outil permet la remédiation du 1er objet d’étude « parcours de personnage » . Chaque élève doit rédiger un portrait autobiographique valorisant.

– Avec les terminales de @derniereannee3 , les consignes rédactionnelles sont les mêmes. L’objectif est là pour l’élève de se présenter visuellement sur son tumblr comme déjà évoqué ici

L’élève travaille sur le mot et l’impact visuel du mot. La mise en image donne au mot une valeur supplémentaire. Le wordle met en exergue les mots les plus utilisés, l’élève travaille sur la répétition, la richesse du mot employé.  En vidéoprojetant son wordle, l’élève prend du recul et comprend visuellement la construction de son texte.

Cette production écrite mise en image provoque l’exercice oral analytique et argumentée : « il faut que je trouve un synonyme à mes je fais, il y en a trop » , « je ne veux pas que « je » ressorte, je ne suis pas égocentrique » 

La réflexion porte aussi sur l’image que l’élève souhaite t-il donner de lui :  Les adjectifs mélioratifs comme péjoratifs sont mis en exergue, l’élève réfléchit, sélectionne et redéfinit son texte pour redéfinir son wordle. Le choix des couleurs, de la police d’écriture, de sa lisibilité sont aussi discutés et réfléchis.
Au delà d’une production écrite en cours de français, nous travaillons aussi et de fait sur l’estime de soi et sur l’identité numérique.

Nous les utiliserons aussi pour travailler en projet interdisciplinaires avec leur enseignante d’arts appliqués. L’outil est donc simple d’usage (même si présenté en anglais) et présente un intêret trans et multi disciplinaire. Il est, je pense, adaptable du CP jusqu’aux classes terminales . 

(en image, un wordle réalisé par une de mes élèves de seconde)

Publicités
Tagué

Tumblr en classe : exemple de scénario pédagogique

Dans le cadre du cours de géographie sur la France dans l’Union Européenne et dans le monde, j’ai à traiter en cours de “l’outre-mer et la puissance française”.
IL ne s’agit pas de faire un “tour du monde de deux enfants en DOm-TOm” mais il faut tout de même que l’élève ait une vision globale de ces territoires tout en problématisant la notion de puissance.
Comme je l’ai déjà expliqué ici, le nouveau programme de bac pro axe sur la rédaction de réponses ne portant pas, en histoire-géographie sur des documents mais bien sur des connaissances propres. Il s’agit donc d’entraîner l’élève à rechercher, réfléchir, problématiser et construire un texte.
J’ai donc scénarisé ce cours pour qu’il réponde à ces exigences de rédaction: en utilisant tumblr, pearltrees et twitter.
Le scénario est visible sur le tumblr de classe .
Les consignes qui ont été publiées sur le tumblr de classe. Chaque tumblr élève est synchronisé au tumblr de la classe : le document est donc aussi publié sur l’espace élève. Comme les élèves travaillaient directement sur poste et sur tumblr, ils avaient ainsi directement les consignes: on évite l’édition papier ici inutile, encombrante. Ca permet aussi de diffuser l’information aux élèves absents.
Pourquoi ne pas uniquement utiliser le cahier de texte électronique? Nos tumblr étant synchronisés avec les comptes twitter, l’information arrive directement à l’élève. On réduit le nombre d’outils et on augmente la rapidité et la réactivité de l’information à diffuser.Pourquoi utiliser Tumblr?
Il est essentiel d’expliquer à l’élève la plue-value de l’outil. Pourquoi ne pas faire les recherches habituelles et de les retranscrire sur feuille à me rendre?– Mutualiser les productions: l’élève produit et publie sur tumblr un document qui servira à tout le groupe-classe. Chacun travaille sur un territoire d’outre-mer. Au lieu d’un rendu élève-prof, l’élève comprend qu’il mutualise. Que sa production écrite sera lue par l’ensemble de la classe et qu’elle servira à tous. On entre dans le processus de la valorisation par la création. Le  texte rédigé n’est donc plus une voie sans issue mais bien une production qui s’inscrit dans un flux.
L’élève se préoccupe doublement de sa production: elle doit répondre à mes consignes et répondre à un besoin de la classe: elle attend de l’élève qu’il produise un texte qui lui apportera les connaissances supplémentaires exigées.

– Prolonger le temps d’apprentissage : je demande aux élèves sur un temps imparti et selon des consignes précises une production sur leurs tumblrs. Je validerai/évaluerai ce texte mais l’espace reste ouvert: l’élève peut agréger connaissances, documents complémentaires au delà du temps imparti à cette production. C’est montrer à l’élève que le cours ne s’achève pas lorsque la sonnerie retentit à la fin de l’heure, qu’il peut prolonger, ce qu’il apprend, ce qu’il recherche, ce qu’il reçoit. Pour ce travail, par exemple, il peut ajouter des photos, des cartes, des vidéos à propos du territoire d’outre-mer. Ce que la copie papier fige et clot, l’espace numérique l’ouvre et le diffuse.

– Agréger des documents de qualité: l’espace numérique permet de produire un document plus riche: photographies, cartes, vidéos. Les documents sont de bonne qualité et en couleur, ce qui, en géographie est essentiel !

– La question des sources est posée et nous abordons par ce biais un point d’éducation à l’Internet et donc d’éducation civique. L’élève apprend qu’il ne peut pas récupérer tous les documents qu’ils souhaitent pour diffusion sur son tumblr public. Nous abordons la question des droits photo par exemple: je leur apprends à choisir des photos libres de droit, à noter les sources. Pearltrees nous permet de répertorier de façon plus transparente les sources utilisées par chacun: je leur demande de lister ces sources. Ca me permet de réduire le fameux improductif “copié/collé” et de les sensibiliser à l’auteur: derrière chaque page, il y a un auteur.

Les productions sont en construction. J’ajouterai des exemples lorsqu’ils auront publié.

Tagué

L’usage de Tumblr en classe

Comme l’année dernière, nous utilisons cette année en classe Twitter et Tumblr :  deux réseaux sociaux qui mettent l’écriture et l’image au centre.
Mes élèves de la @derniereannee3 en maîtrisent le fonctionnement sans problème: si j’ai choisi ces outils c’est aussi parce qu’ils sont intuitifs dans l’usage .
Au delà du simple fonctionnement,  je favorise cette année l’usage de ces outils pour amener l’élève à : 
-écrire plus
-s’ouvrir plus culturellement
-mutualiser ces écrits et cette culture
-créer un port-folio culturel de l’élève
Ces objectifs répondent à des besoins:
Les nouveaux programmes de bac pro en histoire/géo et en français mettent la rédaction au coeur de l’examen et en appelle plus à la culture et aux connaissances personnelles de l’élève.
S’ils savent (bien)  utiliser Twitter pour communiquer, échanger, cela ne suffit pas pour ces besoins de rédaction longue. Je les avais initié à Tumblr pour répondre à ce besoin. Cette année,  je souhaite les amener à s’approprier le tumblr comme un espace  d’écriture et de publication qui leur soit propre.
Quel fonctionnement?
– Cette année, chaque élève s’est créé , à ma demande, son propre tumblr :
– l’URL est composé de son prénom et son nom qu’il peut rogner s’il le souhaite= il a le choix de ne pas exposer son identité complète. Mais son URL doit me permettre de pouvoir l’identifier clairement (moi ne supposant pas pourtant l’ensemble du net)
– Le titre du tumblr , la biographie associée et la présentation graphique sont personnalisables  au goût de l’élève sur le principe de publication d’une identité numérique positive . Cette personnalisation permet une première appropriation.
-chaque élève s’abonne au tumblr des autres et au tumblr de classe (celui d’origine que j’ai gardé comme tumblr de classe)
-Le compte tumblr est à synchroniser avec le compte twitter de l’élève
– L’élève doit y rédiger les travaux de classe quand je lui demande avec des consignes précises.
–  Mais c’est aussi un espace libre où il peut rédiger, présenter des textes, des vidéos, des images…etc. (comme une bande annonce de film, un poème qu’il aurait écrit, un commentaire de match de rugby…)  .
– Une consigne reste principale et non dérogeable: tout ce que l’élève publie sur son tumblr doit être réfléchi et “positif” pour son identité numérique.
Lorsque l’élève publie sur le temps de classe ou le temps personnel, nous reprenons ensemble le billet si besoin: correction des fautes, redéfinition des éléménts publiés.
Quelle posture pour l’enseignant?
Cela suppose pour l’enseignante que je suis une posture précise: je ne dois pas me poser en “mère la morale” qui ne validerait pas m’appuyant sur des valeurs jugées trop puritaines par les élèves. Mais je dois placer mon avis, mon jugement dans le cadre de la citoyenneté et de la loi.
La règle s’applique donc pour les élèves comme pour moi “je n’accepte pas en publication ce que je n’accepterais pas à l’oral ou à l’écrit en classe”.
L’élève dans des débats oraux riches et fructueux est amené à réfléchir à ce qu’il a publié : est ce que ma publication rentre dans le cadre légal et citoyen? Quelle image ce billet donne t-il de moi ou de mon travail?”

Exemple : une élève a posté , sur son temps personnel, cette image sur son tumblr :

Avant même que je ne lui en parle (le lendemain de la publication), elle a engagé la discussion me demandant si elle pouvait se permettre de telles images sur son tumblr. Elle a posé la question aussi à sa mère. Je l’ai fécilité pour la réflexion et les discussions engagées autour de son choix. Je l’ai amené à réfléchir à ce que l’image renvoyait d’elle : l’élève a de l’humour,  aime poster des billets pour les partager. MAis le dessin est violent dans la valeur qu’il véhicule: l’image de la femme, le pistolet, la posture de l’homme.
Elle a choisi finalement de le laisser sur son tumblr … alors que je l’aurais enlevé.  Cette image reste dans un cadre légal, est clairement définie comme humoristique et reste un acte “ponctuel”  sur son tumblr : il est nettement orienté sur des vidéos, des docuements humoristiques, le ton est donc donné et cette image devient cohérente dans un ensemble. Je me suis posée en conseillère sans lui imposer pour autant mon choix. En enseignante donc !
Les amener à ces espaces d’écriture publique comme twitter et tumblr impose:
-un suivi très régulier des publications (la synchronisation de tumblr avec twitter permet d’être alerté des publications en temps réel)
-une ligne éditoriale clairement définie avec le groupe-classe (avec la charte d’usages
-une mise en danger de l’enseignant pour une mise en confiance de l’élève : l’enseignant est le rédacteur en chef (donc responsable) des publications produites par les élèves
-une discussion régulière,  argumentée et ouverte avec les élèves sur leurs choix

…entre rigueur et diplomatie ! L’ exercice d’équilibriste habituel avec les adolescents en somme!

Quel bilan intermédiaire?

Les leviers :
– Une petite dizaine d’élèves a écrit des billets en plus de ce que nous avons produit en classe : le plus souvent les élèves les plus réservés, les moins à l’aise en classe et qui présentent le plus de difficultés scolaires. Ils publient des critiques cinéma, des poèmes, des citations, des photos…

-Chaque élève s’est approprié son tumblr:  personnalisation de titre, fond d’écran,avatar, biographie . Je leur ai demandé de poster un wordle regroupant les mots qui les définissent le mieux (le choix devait être positif tant par les mots que par la mise en page) sur la page d’accueil de leur tumblr
Exemple  de page (la même élève qui a publié l’image précédente)

– Ils ont le souci de l’image que cet espace renvoie d’eux : ils font attention au visuel comme au contenu (en ciblant l’orthographe , ce qu’ils ne font JAMAIS dans une copie)
– Je les ai évalué sur l’usage de cet outil: l’évaluation portait à la fois sur une publication dans tumblr (incluant un wordle et un texte) , une synchronisation avec twitter mais aussi une rédaction écrite sur une copie. Allier différents outils support d’évaluation permet de casser la fébrilité de l’élève face à la copie, de l’impliquer plus sur un exercice de construction plus que sur un exercice sanction. La publication et de fait la lecture possible par d’autres renforcent le soin que l’élève porte à son travail.
-nous amorçons un réseau élargi grâce aux outils : la synchronisation permet de casser l’isolement des différents espaces d’écriture qui se trouvent dès lors reliés et donc valorisés. Quand Twitter annonce un nouvel article sur un Tumblr, il amorce la curiosité de l’élève et favorise la lecture.
Un frein :
Ces publications sur le temps de classe comme sur le temps personnel de l’élève me demande un suivi important:  je lis les productions sans pouvoir annoter au fur et à mesure les corrections à y apporter . Les fautes d’orthographe ou de syntaxe sont à reprendre avec l’élève qui corrige son texte au moment où je l’annote. Cette correction simultanée n’est pas toujours simple à synchroniser dans notre emploi du temps de classe. Elles feront sûrement l’objet d’heures d’accompagnement individualisé.  En attendant, j’ai trouvé un palliatif en imprimant sur papier leurs textes pour les annoter. Je leur rends et ils les corrigent.
Références :
Compte twitter de classe : @derniereannee3
Exemples d’usages de Tumblr lors de l’année 2010/2011 avec ces mêmes élèves :
 http://tweetfemme.tumblr.com/  et http://tweetconte.tumblr.com/ avec le projet d’écriture #tweetfemme
Tagué